vendredi 30 novembre 2012

Le rôle des oestrogènes dans le déploiement des conflits


Il n’y a rien que je déteste plus que les empêcheurs de tourner en rond, les emmerdeurs du dimanche et des autres jours de la semaine, les rabatteurs de caquet professionnels, ceux dont on sait que par essence ils trouveront toujours un truc à rajouter qui va tout jeter à la poubelle, d’un simple geste. Pas par connaissance ni réflexion, mais juste par affirmation de leur décision unique et personnelle sensée rassembler l’avis de chacun dans un consensus d'opérette et personnel.
Bien entendu, en laissant la place à de tels individus, on rabat son caquet, on ne persévère pas dans le but poursuivi, on accepte cette décision comme un couperet.
On est un con, comme tout un chacun le sait.
L’enjeu n’est pas important bien entendu, mais par simple politesse, on (le con) tient compte de l’avis de chacun, histoire d’arriver à un truc homogène.
Mais mon brave monsieur, l’homogénéité n’existe pas, la poursuite du consensuel est une utopie où végètent les idiots de tous acabits qui ont cherché un chemin médian pour ménager leurs compagnons d'infortune.
Bref, je déteste les donneurs d’ordre et encore plus les briseurs d’élans. Faut juste pas les écouter ces gringalets.



Enregistrer un commentaire