jeudi 15 novembre 2012

Coucher de Soleil


Le père Noël a des chaussures à bout rond, un gros nez. Il est ventripotent. Je ne sais pas si c’est pour lutter contre le froid. Il a peut-être accumulé des morceaux de laine à l’intérieur de son grand manteau. Ou alors des moutons vivants.
Dans tous les cas, le Père Noël me met un peu mal à l’aise. Pas comme les clowns qui me font carrément peur. Le clown reste une émanation de Chucky la poupée sanglante, ou inversement, allez comprendre. Je suis clownophobe. Et alors.
Mais revenons au Père Noël qui n’est pas la moitié d’un rigolo, ni le quart.
Et pourquoi. Parce que là, comme ça, j’ai un coup de spleen de derrière les fagots, alors que j’ai tout pour plaire… mon anniversaire samedi, mes amis qui m’appellent, viennent à la maison, ma famille qui prend soin de moi. En fait, j’ai pas l’habitude de tout ça, c’est peut-être le nerf de la guerre.
Je ne suis pas aimable, encore moins agréable. Je suis une vieille sorcière moche et vilaine, avec un arrière goût de rance et je ne comprends pas un instant comment on peut se laisser tromper par si peu d’artifice. Je ne cache pourtant rien. Des années à côtoyer des êtres mal à l’aise et un rien pervers ont accentué ma noirceur. L’incarnation de l’obscurité ou peu s’en faut.


Bon, c’est pas pour dire, mais aujourd’hui n’est pas une journée lumineuse (euphémisme). 

Enregistrer un commentaire