lundi 25 août 2014

bis repetita placent

Il y a des nouvelles qui vous sautent au visage. Avec violence.
De la petite nouvelle anodine, concoctée par des humains nourris à la bonne intention, à la connerie galopante (forme maligne de la connerie) et au besoin pressant d'humilier et de détruire le cercle des candides (pas si candides) se pressant aux portes.
Bon, déstructurons le texte pour y retrouver l'idée principale, car tout cela est bien occulte.
Le potentiel de nuisance d'un individu ne peut être déduit de son apparente bonne foi. Ni de la couleur de ses yeux ou de son teint avenant (et oui, le teint peut être avenant). On le sait depuis des lustres, l'habit ne fait pas le moine (encore que).
Le potentiel de nuisance d'un individu ne peut être déduit de son discours guilleret, sirupeux, acéré, docte ou violent.
Non.
Le potentiel de nuisance d'un individu peut être déduit d'une analyse consistante de ses actes et de ses conséquences. Mais il faut du temps.
Le temps, nerf de la guerre.
J'ai fréquenté des individus avec un potentiel de nuisance assez élevé. Disons que sur l'échelle de richter de la nuisance, ils devaient atteindre 4 ou 5 (échelle de richter de la nuisance compte 6 niveaux). Sur l'échelle de la connerie, ils devaient atteindre 10 (échelle de richter de la connerie ne compte que 5 niveaux...). C'est dire. Et le pire, c'est que d'après les récits qu'on en fait dans les livres d'histoire ça ne s'arrange pas. Comme quoi. Paraitrait même que ça se développe.
Parfois, Morticia raconte un peu n'importe quoi. Mais Gomez sait qu'il y a un fondement à toutes ces fariboles. Un fondement douloureux qui l'a un peu abîmée, sans la rendre plus forte.
La méchanceté et la bêtise appliquées en force sur un individu ne le rendent pas plus fort. Elles le fissurent et il faut du temps pour relisser le tout, en gardant en mémoire cette douleur, juste pour que ça ne se reproduise pas. C'est pas gagné. Sauf que si un jour il fallait porter une plainte devant le grand tribunal des juges de la connerie, il y aurait de belles preuves écrites et d'intéressantes constatations médicales. C'est dire si c'est grave.
La connerie méchante (car il y a une forme de connerie rigolote) reste un combustible à explosion, une énergie renouvelable à l'échelle d'une vie, un potentiel à exploiter si on pouvait la reconvertir en barils de connerie-brut ou en barils d'hypocrisie distillée...


Enregistrer un commentaire