mardi 18 juin 2013

Hypo... thalamus


Dans le tréfond du tréfond du bout du monde (loin quoi, et perdu), il y a toujours un peu de lumière pour donner de l’espoir. Cette joie éclairante, ce truc fabuleux qui donne des ailes, tapisse l’estomac d’un doux gel de soie qui pompe l’aigreur : l’espoir. Le truc qui fait accélérer le pas, ce truc qui empêche de cligner des yeux et donne l’envie de regarder droit devant soi : l’espoir. Cette motivation joyeuse qui illumine le visage et fige le sourire : l’espoir.
Sans espoir, que deviendrais-je ?
Et j’ai de la chance, je vous le dis parce qu’on se connait un peu, mais de l’espoir, j’en ai à profusion, je le produis au quotidien. C’est sécrété par l’hypophyse sans doute ou par toute autre glandouille reliée à l’hypothalamus. Ou alors par un corps creux fait de plein.



Enregistrer un commentaire