jeudi 25 juillet 2013

Voulez-vous des Pivoines ?


Je vais chez un fleuriste qui est un peu merveilleux. Il est du genre à vous dire « Prenez ça aujourd’hui, mais pas le reste, avec la chaleur ça ne va pas tenir ». Et ses conseils se révèlent avisés.  
Bref, mon fleuriste est un peu merveilleux.
J’aime les pivoines, la fleur dodue, généreuse, qui ne se la pète pas, qui peut s’appeler Sarah Bernard et être odoriférante comme pas possible. Bref, c’est la FLEUR dans toute sa splendeur, celle qui s’ouvre et en donne encore plus, qui boit goulument mais reste droite avec un peu de langueur dans le pétale.
« Si tu plonges longtemps ton regard dans l'abîme, l'abîme te regarde aussi » disait Nietzsche.
Et Nietzsche n’est pas le quart de la moitié d’un loser, ça non.
Le rapport entre la pivoine et Nietzsche ?
Je vous en pose des questions ?
Non je n’ai pas de longues conversations avec les pivoines, oui j’ai plongé mon regard dedans, non je n’ai pas eu l’impression d’être suivie, oui, je comprends le symbolisme de tout cela. Et alors ? J’avais juste envie de divaguer sur la voie publique. 


Enregistrer un commentaire