lundi 9 janvier 2012

Interlude


Il est bon parfois d'écrire des mots d'amour. Pas seulement pour quelqu'un. Juste pour les écrire. Il faut les sortir des armoirs où on a trop souvent tendance à les ranger en se disant qu'un jour ils pourront servir, peut-être ou peut-être pas. Comme toujours avec les mots, il faut soigneusement les trier. Très important : ne jamais repasser les mots d'amour, ça fait des plis, c'est pas joli. Le mot d'amour doit avoir l'air spontané tout en étant travaillé. Mais pas toujours.
Mon ami, mon amour, je te pose ces quelques mots sur ton oreiller. Tu les trouveras à ton arrivée. Je ne serai pas là, c'est mieux, ça fait comme si nous étions les personnages d'une grande histoire romantique. Mais pour de vrai, non, j'avais juste un travail à terminer, sur le terrain... et nous n'avons pas de grande histoire romantique, nous nous aimons juste tous les jours, comme nous respirons, par grandes goulées régulières et indispensables, répétitives aussi, depuis longtemps.
Mon ami, mon amour, je t'emmène toujours avec moi, bien au chaud. Même quand tu n'es pas là, je te parle souvent, je te demande conseil régulièrement et je suis là pour te réconforter et rire avec toi.
Mon ami, mon amour, quelqu'un me demandait l'autre jour si tu étais beau ou laid. Je n'ai pas su répondre. Tu es une telle évidence...je n'ai conscience de toi que par ta présence ou ton absence. Ce serait bien quand même que tu te fasses un peu couper les cheveux et que je fasse de même.
Mon ami, mon amour, de temps en temps, je t'écris quelques mots un peu doux. Ca fait un parfum supplémentaire à notre quotidien et j'aime ton odeur où revient ce relent de fleur d'oranger.
Et pendant ce temps là, Morticia arpente les forêts de brume...



Enregistrer un commentaire