jeudi 1 septembre 2016

Le bétail, la valtaille

J'ai une grande bouteille d'eau posée sur mon bureau. J'ai aussi la clim qui fonctionne.
Les volets tamisants sont descendus.
Je n'aime pas le soleil et encore moins la chaleur. Je n'ai jamais aimé le soleil ni la chaleur. Sauf celle du feu de bois. Je n'aime pas la chaleur étouffante de la canicule qui ne donne aucun repos et qui rend zombie.
Oui, c'est comme ça.
Dans la série du schtroumpf grincheux, je n'aime pas le quatrième pouvoir. Tel qu'il s'exprime aujourd'hui. Enfin certaines voix du quatrième pouvoir. Il est affreusement intolérant, et aussi pas mal inculte. Tout comme le pouvoir politique.
En 10 ans, j'ai l'impression que politiques et journalistes ont oublié de faire leur humanités, un peu avant aussi, imperceptible.
L'actualité et son manque d'analyse sont tellement portés à l'avant de la scène par la volonté des médias que le monde prend de drôles de couleurs, un rien volées, un beaucoup faussées (gradation dans la lignée de un rien). Des inepties faisant fî de l'histoire, de l'expérience et même de la réalité  du plus grand nombre donnent des frissons. De l'incrédulité. Ensuite un peu de peur sur ce qui pourrait en découler.
Bref, c'est dur d'être dirigé par des incultes, conseillé par des partis-pris, orienté par des intolérants.
Désagréable.





Enregistrer un commentaire