vendredi 25 septembre 2015

Les mêmes cancers pour les mêmes chimio

Quand j’ai entendu ces paroles, je ne suis pas restée indifférente. J’ai même arrêté ce que j’étais en train de faire. Ca me parlait, drôlement même. Pas par expérience personnelle. Mais par expérience commune.
La loose de l’humain moyen, ou supérieur, la loose économique ou financière, de l’humain qui se croit au-dessus de la norme et qui retrouve soudain sa place dans l’univers. Toute petite. Et sans pitié.
Après il y a eu les Beatles
while my guitar gently weeps…
Mes pensées ont continué à tourner autour du même sujet.
C’est ça, sans pitié. Pas politiquement correct. Et j’étais ravie. Même si c’était bien moche.

A bas les niaiseries, à bas la faute à qui. Mais la photographie voyons. 
Enregistrer un commentaire