vendredi 12 septembre 2014

J'aime le pilates

Envie de regarder en l’air. Sans se poser sur un point fixe. Rester dans le flou et fermer doucement les yeux. Rêvasser entre le sommeil et un autre truc. Genre la réalité améliorée, garnie de coussins et de couettes moelleuses. Sur les bords du rêve, sur les côtés et en bas (le rêve est comme un écran, rectangulaire, avec des côtés plus ou moins égaux). En haut, ne pas mettre de limite. Laisser la possibilité de s’envoler. Laisser un petit espace ouvert, pour prendre les jambes à son cou. En haut, c’est normal. En bas ; ça pourrait déboucher sur l’enfer. On ne sait jamais, même si on n’y croit pas. Il y a l’expérience du quotidien

Ça demande de la souplesse. Prendre les jambes à son cou. C’est quand même acrobatique. Même avec ma vitesse de croisière version pilates. 

Comme ça. 


Enregistrer un commentaire