jeudi 28 mars 2013

La gouvernance par la terreur


Gouverner, diriger, mener suppose quelques ajustements moraux.
Il faut avoir des idées, être prêt à les partager, accepter la discussion et la revendication. Etre prêt à accepter ou à porter des changements, des altérations, des modifications.  
Au quotidien, l’ambiance politique n’a plus rien de politique, plus rien de la gestion de la vie et de son accompagnement. La politique ou plutôt les hommes/femmes qui en font, ne savent plus que véhiculer la terreur pour assoir leur pouvoir.
Les idées ne sont pas brillantes, il faut bien alors avoir du pouvoir. Et quand les idées sont vides, il faut bien avoir une force de persuasion. Et en plus de la force de persuasion qui serait basée sur le maintien de l’anxiété au niveau le plus haut, il faut avoir uniquement cette première phase de la maladie d’Alzheimer chronique, des trous de mémoire à répétition, une confusion sur l’échelle du temps, hier, demain, il y a 10 ans, il y a 2 ans, il y a ou il y aura.
Cette propension aussi à avoir l’épaule tombante qui ne supporte rien, qui n’encaisse rien et qui va trouver chez l’autre la raison du malaise.
Il me semble bien que le règne de la terreur n’a jamais cessé. Une légère dérive, un rien de cruauté morale en plus et un jeu subtile qui compte sur la diffusion rapide de l’info., sa prise en compte comme une vérité, sa volatilité, le fait que le dernier qui a parlé a raison. … avant le prochain. La gouvernance par la terreur suppose aussi une médiocrité certaine qui ne permet pas de se projeter, à cause d’une trop grande confiance en soi.
J’ai comme une envie de vomir.



Enregistrer un commentaire