mercredi 2 mai 2012

Une vie sans regret




Lundi - sj

Je n'aurai pas de regret. J'ai décidé ça il y a quelques temps. Je n'aurai pas de regret et ce n'est pas la peine d'insister. Quelques remords bien entendu, du petit remord allégé qu'il faut avoir pour les nuits sans sommeil, histoire de posséder une dose indispensable de culpabilité portée par l'espèce humaine depuis que les dieux de tout poil sont apparus, mais je n'aurai pas de regret.
J'aurai aussi quelques secrets bien gardés qu'on ne découvrira que longtemps après que je ne serai plus. C'est chic d'avoir quelques secrets. Face à la place infinitésimale que j'occupe dans l'univers, ces secrets s'atomiseront à la même vitesse que la disparition de ma chaire. Du coup, je noterai ça quelque part, dans un carnet que j'expédierai un jour prochain à une relation privilégiée qui se verra dans l'obligation de le transmettre de génération en génération, histoire d'être sure de ne pas passer tout de suite dans l'oubli. Vain espoir mort dans l'oeuf. J'aurais donc quelques secrets mais je partirai avec, c'est aussi décidé.
J'aurai des tas de douces pensées qui m'entoureront de bien être. Les douces pensées, ça donne de la profondeur au regard et le teint clair et baigné de joie aussi. Les douces pensées ça donne du brillant à mes cheveux, me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien.
Mais surtout, surtout, je n'aurai pas de regret.
J'ai tout bien noté sur ma liste de choses à faire, j'ai déjà tout biffé.
Me reste plus qu'une chose à satisfaire, ne pas avoir d'inquiétude pour obtenir tout le reste. Ca aussi, c'est ok!

Pendant ce temps là, Morticia s'interrogeait sur l'importance de l'ail dans la salade de concombre... 
Enregistrer un commentaire