vendredi 4 mai 2012

I taste so good


J'ai l'impression parfois que nous sommes à quelques jours de 1789. Le parfum de l'incompréhension, l'érosion quotidienne entre les dirigeants et le bon peuple, la surenchère de la richesse face à l'explosion de la pauvreté. Ce sont les jours de pluie diluvienne ou de grande surchauffe climatique qui engendrent cette sensation. Quand l'air frais me donne de l'insouciance, j'arrive parfois à penser que nous sommes à une époque bénie faite de fraicheur et de désillusion saine (la désillusion saine donne l'impression de comprendre le monde - très vite, se faufile alors la sensation que l'on consomme de la drogue de schtroumpf ajoutée aux concombres et autres crudités nécessaires à un régime omnivore - phénomène d'hyper-réalité..).
J'ai parfois l'impression qu'il faudrait que je puisse changer intégralement ma garde-robe, j'investirais uniquement dans de longues robes échancrées et pailletées, pourpre si possible, très vulgaires. J'investirais aussi dans des chaussures à talons, de 12 cm si possible. J'investirais aussi dans des béquilles, ou un déambulateur.
Cette succession d'impressions rend la vie imprévisible.
J'ai aussi parfois l'impression de lire ça, http://www.notforsalecampaign.org/about/slavery/, je n'ai pas que l'impression. Comme un sensation de déjà vu.

Enregistrer un commentaire